Bénévolat

Vous aussi, participez à la lutte contre l’exclusion, aidez-nous à faire reconnaître les droits, à faire taire les injustices. Devenez bénévoles pour Droits d’urgence. Juristes, interprètes, communicants… l’association a besoin de professionnels avec différents domaines de compétence afin d’aider les plus démunis.

Avec nous, engagez-vous contre l’exclusion !


CHIFFRES

En 2019

305

bénévoles

323

permanences assurées

166

prises en charge de dossiers contentieux et accompagnements

15

formations juridiques


DEVENIR BÉNÉVOLE

Quelles activités ?

Nos bénévoles participent à la vie associative de Droits d’urgence par différentes actions, selon leurs disponibilités :

Actions juridiques auprès des personnes vulnérables

Permanences juridiques « in situ »

Vous pouvez effectuer en binôme des permanences juridiques généralistes gratuites et confidentielles avec un autre professionnel du droit et ainsi vous former à l’accompagnement juridique et au suivi de dossiers de personnes en situation précaire. Vous serez amené à : donner une information seule, faire des recherches, faire un appel, faire un courrier, faire une orientation extérieure, saisir une juridiction, saisir une administration, faire un recours gracieux ou hiérarchique, faire un recours contentieux, remplir des dossiers, constituer des dossiers, … tout dépend des situations rencontrées.

Vous suivrez des formations notamment en droit des étrangers et en droit d’asile, dispensées par des professionnels du droit, lorsque vous effectuez des permanences juridiques. Les permanences juridiques sont généralistes puisque les divers domaines de droit se chevauchent mais une majeure partie des questions, lors des permanences juridiques des bénévoles, sont liés au droit des étrangers.

Les permanences sont assurées en semaine (matin ou après-midi) ou le samedi (matin) pour une durée de 3h00. À vous de nous dire vos disponibilités !

Les permanences peuvent se dérouler dans une structure partenaire à Paris (hôpitaux, centre d’hébergement d’urgence, accueil de jour, …). À vous de nous dire ce qui vous intéresse !

Les permanences sont ouvertes à vous, professionnelles du droit. Avocat, élève-avocat, juriste, magistrat, huissier, notaire, universitaire ,… Tous les domaines de droit sont les bienvenus (en particulier : le droit de la famille, le droit du travail, le droit de logement, le droits des étrangers, ou droit pénal).

Prendre en charge des dossiers contentieux

Accompagnements dans les administrations

Vous pouvez, si vous êtes avocat, prendre en charge des dossiers contentieux, représenter et défendre des personnes suivies par un salarié ou un bénévole.

Vous pouvez accompagner des personnes, qui ont besoin d’être assistées, lors de leurs démarches dans des administrations françaises (Préfecture, commissariat de police, tribunaux, Sécurité sociale, CAF,…).


Actions juridiques auprès des équipes de Droits d’urgence

Formations interne / externe

Vous pouvez dispenser des formations et actions de sensibilisation bénévolement, selon vos compétences juridiques, afin d’aider des bénévoles ou des salariés à mieux comprendre les différents domaines de droit.

Vous pouvez également dispenser ces formations, contre rétribution dans le cadre de l’organisme de formation de Droits d’urgence, selon vos compétences juridiques, afin d’aider d’autres professionnels du droit et travailleurs sociaux des secteurs publics et privés à mieux comprendre les différents domaines de droit.

Pour devenir formateur, envoyez votre candidature (CV) à Michaela BLAISE : mblaise@droitsdurgence.org !

Rédaction

Vous pourriez rédiger des articles, des synthèses, des témoignages qui seront exploités et publiés, en partie ou en totalité, à des fins de communication auprès des médias, du public et des partenaires (rapports d’activité, catalogues de formations, diffusions internes, dossiers de demande de financements et rapports financiers, plaquettes à destination du public ou de partenaires, publication dans une revue, un journal, une newsletter, diffusion sur les sites web, diffusion sur les réseaux sociaux de Droits d’urgence,…).

Répondre à des questions juridiques

Vous pouvez, si vous êtes avocat, répondre à des questions juridiques, posées par un salarié ou un bénévole, dans vos domaines de compétence.

Interprète

Vous pouvez être un interprète lors de nos permanences juridiques. Les personnes parlent parfois des langues diverses. Accompagnez-nous lors des permanences avec les professionnels du droit afin de nous aider à expliquer aux personnes leurs droits et ainsi faciliter leur compréhension.


Actions de développement de Droits d’urgence

Projets

Vous pouvez nous aider lors de projets divers et variés. Nous sommes une association de juristes et d’avocats et avons besoin d’aide dans d’autres domaines : développement informatique, référencement SEO, graphiste, photographe, …

Communication

Vous avez l’âme journalistique ou communicante ? Rejoignez le pôle communication pour rédiger des articles, nous faire connaître sur les réseaux sociaux, participer à nos événements, réaliser des vidéos, reportages photos, etc…


Si vous avez d’autres compétences, contactez-nous!


Valorisation du bénévolat ?

  • Recevoir une attestation annuelle reprenant l’aide apportée durant l’année passée.
  • Recevoir de la documentation (veille juridique) régulièrement envoyée par mail.
  • Partager des moments festifs : des moments conviviaux, d’échanges, de rencontre entre les bénévoles et salariés. Cela permet également de faire une restitution de l’année écoulée.
  • Participer à des réunions/échanges de pratiques avec les coordinateurs des permanences juridiques bénévoles, …
  • Participer à des réunions ou remplir des formulaires de satisfaction permettant d’améliorer le bénévolat.
  • Témoigner et exprimez-vous sur vos activités bénévoles et participer pleinement à la communication de l’association (vidéos, témoignages écrits, …).

Comment devenir bénévole ?

Des réunions d’accueil et d’information collectives des bénévoles sont organisées ponctuellement afin de vous présenter notre association, le bénévolat, d’échanger avec vous et de faire votre connaissance ! Les réunions ont lieu en semaine et en soirée. Afin de candidater pour devenir bénévole, envoyez-nous votre CV.

Devenez bénévole, contactez-nous !
Marie-Estelle CALMETTES : mecalmettes@droitsdurgence.org
01 40 03 62 85

DÉJÀ BÉNÉVOLE : DEVENIR MEMBRE

Pourquoi ?

Participez à l’organisation et le fonctionnement de l’association et devenez un des décideurs des grandes orientations stratégiques de l’association lors de l’Assemblée Générale. En effet, vous serait invité à l’Assemblée Générale de Droits d’urgence et disposerez d’un droit de vote aux prises de décisions concernant l’association.

Nous souhaiterions que vous soyez « ambassadeurs de Droits d’urgence » et que vous devenez des relais de nos actions, de nos paroles publiques ou de nos publications sur les réseaux sociaux notamment.

Nous souhaiterions également mettre en place des groupes de travail/de réflexion ouverts uniquement aux membres, notamment pour des projets spécifiques (tels que les 25 ans de l’association, sur la communication, sur les nouvelles publications de l’association, …).

Comment ?

Les bénévoles non membres qui souhaitent adhérer doivent remplir le bulletin d’adhésion et le transmettre par mail à mblaise@droitsdurgence.org ou par voie postale au 5 rue du Buisson Saint Louis 75010 Paris. Chaque candidature sera soumise au Conseil d’Administration.


Témoignages de bénévoles

Hugo LABART

Bénévole engagé

Témoignage de 2019

Témoignage vidéo : la parole à notre bénévole Hugo !

📯 Témoignage de bénévole : la parole à Hugo !MERCI HUGO ! ❤️#accèsaudroitpourtous #5novembre #journéemondialedubénévolat

Публикувахте от Droits d'urgence в Сряда, 4 декември 2019 г.

Carole et Jean-Claude HELMER

Bénévoles engagés

Témoignages de 2019

Antonio SPAMPINATO

Bénévole engagé

Témoignage de 2018

“Je suis d’origine italienne. Lorsque je suis arrivé en France, je me suis tout de suite mis en contact avec des associations et c’est comme ça que je suis tombé sur Droits d’urgence. J’ai commencé en 2012 et l’année 2018 a été ma dernière année de bénévolat. 

À l’époque, j’enseignais le droit à l’université et j’étais chercheur. Je sentais que j’avais besoin d’un rapport au réel, au terrain. Pendant 4 ans, à raison d’une permanence par mois le samedi matin, j’ai reçu des gens et les ai accompagnés dans leur problématique. 

L’expérience du bénévolat, surtout à long terme comme je l’ai fait, m’a énormément apporté. Personnellement d’abord, parce que je ressentais que j’avais besoin de m’engager pour m’enraciner réellement en France. Professionnellement ensuite, parce qu’en tant que juriste et avocat, être bénévolat a été pour moi une porte d’entrée vers le système juridique français. Un moyen d’apprendre, en aidant. Et puis par ailleurs, j’ai eu l’impression que mon origine étrangère était un atout. Si dans certains milieux professionnels l’origine peut poser problème, là, la majorité des personnes que je recevais venait pour une question liée au droit des étrangers et j’avais l’impression que ma différence les mettait à l’aise.” 

Mariama DIABY

Bénévole engagée

Témoignage de 2019

“Je m’appelle Mariama, j’ai 34 ans et je suis bénévole du « cru » avril 2019.
J’interviens régulièrement à l’accueil au PAD13 et aux permanences juridiques de la Boutique Emmaüs.

Pourquoi le bénévolat ?
J’ai tout simplement trouvé la bonne association et c’était le bon moment pour moi.
Je suis actuellement en recherche d’emploi donc j’ai du temps, et du temps de qualité car je suis dans une démarche active et positive.
On a tendance à se renfermer sur soi quand on est en recherche d’emploi. J’ai voulu garder cette ouverture aux autres. Me rendre « utile », évidemment. Le bénévolat est un moyen de me confronter à la réalité. J’ai mes idéaux dans un monde parfait mais il me faut me confronter au terrain.

Pourquoi Droits d’urgence ?
J’ai surtout été attirée par une façon de faire :
Permettre aux personnes d’exercer leurs droits en connaissance de cause, leur laisser le libre arbitre, les replacer au cœur de l’attention, de leur parcours et leur permettre d’appréhender ce qui les attend.
Je vois dans DDU une certaine humilité qui fait écho à mes propres valeurs.
Imaginez ma tête, lundi soir dernier, dans les transports, à la lecture du mail d’Aurélia Bejinariu, juriste de l’association, m’annonçant que nous avions « gagné » un recours fait ensemble en juin dernier. C’était notre première rencontre avec Aurélia, je n’avais jamais fait de droit des étrangers et encore moins un tel recours.
Je ne suis pas peu fière !”

Maître Matthieu BAGARD

Bénévole engagé

Témoignage de 2016

« Je suis avocat en droit pénal des affaires et général, bénévole à Droits d’urgence depuis 2 ans. Lorsque je me suis engagé, je revenais d’une mission au Rwanda à la Ligue des Droits de la personne dans la région des Grands Lacs. Je voulais rester engagé. J’ai commencé en faisant une permanence pour la protection de l’enfance dans le 18e arrondissement de Paris.

Aujourd’hui, je fais des permanences pour l’accès au droit des migrants toutes les deux semaines au Secours Populaire : ce sont surtout des cas de titres de séjour, du droit des étrangers. Nous faisons aussi parfois des actions ponctuelles comme l’aide à la régularisation des couturiers de la Goutte d’Or, qui a duré deux mois, ce qui est assez passionnant.

J’aime beaucoup être à Droits d’urgence car c’est très diversifié : selon les envies et les profils, il y a tous les types de permanences (Bus Barreau de Paris Solidarité, Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation de Paris, jeunesse, mineurs…). Ce qui me plaît, c’est particulièrement le droit des étrangers, et il y en a besoin !

Notre impact n’est pas toujours directement juridique. Par exemple, il y a des personnes qui sont loin de la régularisation. L’impact, pour elles, c’est plus d’expliquer, de rassurer, d’écouter leurs proches. Il s’agit d’un apport relationnel. Pour les cas les plus proches de la régularisation, l’impact est là plus juridique car on leur indique quelle voie on peut utiliser, quels documents, quels critères. Pour ces situations, nous pouvons vraiment apporter quelque chose notamment par le réseau des accompagnateurs en Préfecture.

Il y a besoin d’un intermédiaire entre l’administration et la personne.

Au début, j’avais envie de faire le plus possible pour tout le monde. Mais je me suis rendu compte que le plus utile, c’est de dire les choses telles qu’elles sont. Être honnête, parfois dire que ce n’est pas possible.

Il y a beaucoup de détresse, mais on apprend à mettre de la distance. On réussit à avoir un côté technicien, mais en même temps on veut garder le côté compassion. C’est cet équilibre qui est dur à trouver, et deux ans d’expérience ne suffisent pas à être sûr que l’on a cet équilibre ! C’est pour cela que j’ai envie de continuer, pour cet enrichissement humain. »

Maître Carole HELMER

Bénévole engagée

Témoignage de 2017

« Avant d’intégrer l’Association, pour moi, les droits recouvraient classiquement ceux du travail, de la famille, des sociétés, pénal… J’ignorais qu’il pouvait exister des droits d’urgence. Nul besoin de les enseigner pour les appréhender ; ils nous entourent au quotidien. Les urgences sont criantes alors que chacun d’entre nous doit pouvoir faire entendre ses droits dès lors qu’il souhaite intégrer une communauté qui lui permettra de vivre décemment et sans crainte.

Bénévole depuis environ un an, je réalise principalement des accompagnements de familles étrangères à la préfecture. Très pudiques sur leur histoire et leur parcours, elles sont suspendues à l’accueil que l’administration, souvent fuyante, leur réserve. Les accompagnants sont là pour faire le lien entre ces familles et un agent, qui voit défiler des dizaines de dossiers qu’il tente de saisir tant bien que mal dans les cases de son ordinateur, qui se retranche derrière son « Chef » inaccessible et reclus dans son bureau. En résulte une sécheresse et une distance qui siéent peu à sa fonction.

Au sortir de chaque accompagnement, les questions que je me pose sont identiques : que ferais-je si j’étais

Monsieur A ou Monsieur B ou encore la famille M ; où puisent-ils leur courage et leur dignité ? »

Récupérez les documents dont vous avez besoin :

Charte du bénévolat
Droits d’urgence

Fiche de
renseignements au titre du bénévolat

Permanences juridiques
des bénévoles

Plaquette accueil
des bénévoles

Vade Mecum
Droits d’urgence

Mémo bénévolat
Droits d’urgence